Mon processus de planification



En début d'année, j'ai fait un sondage sur Instagram pour connaître les sujets que vous aimeriez que j'aborde dans mes articles.


Mes démarches de planification annuelle et hebdomadaire ont été demandées à plusieurs reprises. Je vais donc tenter de couvrir les 2 sujets dans cet article.


ATTENTION! Je suis convaincue que chaque enseignant a sa façon de planifier. Je vous partage la mienne. Elle n'est pas parfaite ni universelle. Merci d'en prendre considération dans vos questions et vos commentaires.


ATTENTION #2! Je ne parlerai pas de la progression des apprentissages bien que le travail de planification commence dans ce document. Cet été, j'ai épluché les progressions pour ressortir les notions de 4e et de 5e (étant donné ma classe multi) et j'ai classé les notions comme urgents (donc finales) et non-urgents (en travail). La 5e année a beaucoup de notions en travail.


Lorsque j'ai commencé à enseigner, la planification était une tâche ardue, car je ne savais pas trop comment faire. Avec le lot de nouvelles informations qui nous arrivent avec une nouvelle classe, un nouveau niveau et un nouveau métier, ma planification n'était pas vraiment à point. Je planifiais à la semaine sans trop savoir où je m'en allais. Je suivais les cahiers comme point de référence. Je planifiais les évaluations un peu n'importe comment et je suis arrivée au premier bulletin complètement déboussolée. Je me suis dite que je ne pouvais pas continuer de cette façon.


Je me suis donc fait un plan pour la 2e étape. Je me suis fais une longue liste de ce qu'il faudrait voir comme notions et je les ai placées dans les semaines. J'ai aussi placé quelques évaluations à travers tout cela. J'ai vu une énorme différence dans mon travail et ma planification hebdomadaire.


La planification annuelle


La planification annuelle est une tâche assez longue mais très utile. La difficulté est lorsqu'on tombe dans un nouveau niveau, on ne connait pas toujours le programme. Lorsque j'étais en 6e année, j'améliorais ma planification annuelle d'année en année. Après 3 ou 4 ans dans le même niveau, ma planification était à mon goût. Il est arrivé la même chose lorsque j'ai changé de niveau. Je ne connaissais pas beaucoup la 4e année, mais en questionnant ma collègue qui était là depuis un moment, j'ai réussi à me faire un plan de match. Puis, déjà, l'année d'après, j'étais plus à l'aise et ma planification annuelle me plaisait plus.


Morale de l'histoire: une planification ne sera jamais parfaite et elle sera toujours en travail. De plus, une planification doit changer un peu à chaque année pour s'adapter au groupe d'élèves devant vous. Chaque groupe a ses forces et ses défis. Nous devons enseigner aux élèves et non enseigner le programme à tout prix.


Pour moi, une planification annuelle est un plan général des notions et des projets par mois. Voici mes brouillons pour cette année. Rien n'est coulé dans le béton, mais cela m'aide à me faire une idée de où je m'en vais et du travail que j'ai à préparer.





Les autres matières


Je trouve qu'il est plus facile de planifier à long terme les projets dans les autres matières en premier. Pour les sciences, je place environ un gros projet par mois. Pour les arts, selon la grosseur du projet, j'en place un ou 2 par mois. En ECR, c'est à peu près la même chose. Un projet peut durer plusieurs périodes étalées dans un mois.


Le français et les maths


Pour ces matières, les notions sont regroupées par groupe. Par exemple, en français:


- les classes de mots

- les groupes du nom et ses accords

- la phrase et les fonctions syntaxiques

- etc.


En maths, on peut y aller par sujet:

- numération

- mesure

- géométrie

- etc.


Encore là, selon votre façon d'enseigner, il se peut que l'ordre dans lequel vous placez les notions soit différent. Avec les années, j'ai développé un ordre avec lequel je suis à l'aise et qui est, selon moi, logique pour les enfants.


Lors de ma planification annuelle générale, je me fais un tableau des mois et je place les différents sujets généraux dedans. Je sais que par exemple, en français, au niveau des fonctions syntaxiques de la phrase, cela prend du temps. Je peux donc l'étendre sur plus d'un mois. J'essaie aussi de toujours prévoir des semaines de révision pendant l'année pour revoir les apprentissages.


L'utilité de cette planification est la baisse du stress. Lorsque nous avons un plan à long terme et que nous voyons que les notions sont placées, cela baisse le stress de passer le programme. Souvent, nous entendons des enseignants dire qu'ils n'ont pas le temps, qu'ils sont stressés de ne pas passer le programme.


Premièrement, les élèves ont 2 ans pour effectuer chacun des cycles. Si des notions ont été échappées pendant l'année, ils pourront les revoir l'an d'après.


Deuxièmement, les notions n'ont pas toutes à être enseignées en grand groupe. Des notions plus simples, surtout celles qui ne sont pas finales, peuvent être expérimentées en jeu ou en ateliers.


Parfois, et cela vient d'une bonne intention, nous voulons nous assurer de voir tout le programme. Nous allons donc très rapidement et les élèves n'ont pas le temps d'intégrer toutes les notions comme il le faudrait. La planification annuelle permet d'avoir un plan et de ne pas se sentir pressés dans le temps.


La planification annuelle n'a pas besoin d'être complète en début d'année. Je commence toujours par planifier la première étape. Par la suite, je suis capable de planifier plus facilement les 2 dernières étapes.


En lecture et en écriture, j'enseigne de façon explicite les différentes stratégies. Je place donc ses stratégies à travers mon année, un peu comme les notions. Je place aussi mes ateliers et mes jeux pour ne rien oublier.




La planification mensuelle


Lorsque je regarde mon plan pour la première étape, je fais ensuite une liste plus détaillée des notions à voir, surtout en français et en maths. Je les place ensuite en ordre logique. Lorsque vient le temps de faire ma planification hebdomadaire, je regarde où je suis rendue dans cette liste. Cela me permet de passer plus de temps au besoin sur une même notion ou encore de pousser une notion un peu plus loin si je change d'idée.




Depuis quelques années, j'accumule plusieurs jeux et ateliers. Pour être certaine de ne pas oublier ce que j'ai, j'ai commencé à me faire une liste des notions avec les ateliers ou jeux correspondants. Ainsi, lorsque je planifie mes séries d'ateliers, je peux voir rapidement ce que j'ai plutôt que d'aller chercher à chaque fois. Cela m'aide aussi lorsque vient le temps de créer du matériel. Je peux voir rapidement ce qu'il me manque.





Les évaluations


Pour placer les évaluations, j'aime utiliser la planification à rebours c'est-à-dire que je planifie à partir de la date de remise de notes. Par exemple, les évaluations en univers social ou de lecture sont plus courtes à corriger. Je peux donc les faire plus près de cette date. Je place donc mes évaluations à rebours et je m'assure que ma planification répond aux demandes des évaluations.


* Une évaluation n'est pas obligatoirement un examen écrit. Il y a maintenant de nombreux moyens de prendre une mesure des apprentissages des élèves sans que cela soit une évaluation écrite avec des réponses courtes. Si nous utilisons divers moyens pour enseigner et répondre aux besoins différents des élèves, évaluer d'une seule façon est contradictoire.


Ma planification hebdomadaire


Comme dit un peu plus haut, quand vient le temps de planifier ma semaine, je vérifie sur ma planification mensuelle où je suis rendue. Cela me permet de me donner un fil conducteur.


Lorsque je planifie ma semaine, je fais toujours les mêmes étapes:


1. Placer les périodes spécialistes et les surveillance.

2. Placer les routines (rassemblement, activité majeure, etc.)

3. Placer les morceaux récurrents c'est-à-dire ce qui revient à chaque semaine (dictée, contrôle des leçons, agenda, bloc de mots, période TOUSKI, etc.)

4. Placer mes périodes d'ateliers selon où je suis rendue dans cette planification.

5. Placer les évaluations déjà prévues.

6. Placer mes périodes prioritaires (ce qui doit absolument être fait cette semaine).

7. Placer les maths et le français.

8. Placer les matières restantes.

9. M'écrire une liste de plans B.


Cela peut sembler énorme, mais si la planification annuelle et mensuelle sont faites, cela se fait en moins de 30 minutes. Voici un exemple qui est en travail:



Voilà! J'espère que cet article vous a aidé si vous cherchiez des stratégies pour améliorer votre planification!


Bonne journée!





© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle